Les bons gestes pour veiller à la santé de son chat British Shorthair

Si vous envisagez d’acquérir un chat British Shorthair, ou si vous en possédez déjà un, voici tout ce que vous devez savoir sur sa santé.

Le British Shorthair est une race de chat qui a généralement la santé robuste. Sa durée de vie moyenne est de 15 à 20 ans, ce qui est un peu plus comparativement à plusieurs autres espèces de chats de race.

Mais même si le British Shorthair est un chat avec une bonne santé en général, certains d’entre eux sont sujets à des maladies héréditaires, tandis que d’autres ont des risques d’en développer davantage. Ces problèmes peuvent être évités assez facilement en adoptant quelques bons gestes. Avant toute chose, vous devez penser à lui offrir une couverture santé performante afin de prévenir certaines pathologies et de faire des économies sur les soins vétérinaires. Ce simulateur peut vous aider à trouver une bonne assurance pour votre British Shorthair.

La race de chat British Shorthair est la plus exposée au risque de développer une cardiomyopathie hypertrophique, la maladie cardiaque la plus courante chez les chats domestiques, et un trouble de la coagulation sanguine appelé hémophilie B.

Cardiomyopathie hypertrophique (HCM)

Qu’est-ce que c’est ?

La cardiomyopathie hypertrophique est la maladie cardiaque la plus courante chez les chats domestiques. Elle provoque une hypertrophie du muscle cardiaque. De ce fait, le cœur n’est plus en mesure de pomper le sang normalement. Cette hypertrophie peut également provoquer une insuffisance cardiaque progressive.

Le British Shorthair est une race de chat connue pour être prédisposée à cette maladie, tout comme de nombreuses autres races de chats (les Maine coons et les Ragdolls, en particulier).

Comment est-elle diagnostiquée ?

Un chat affecté peut ne pas présenter de symptômes jusqu’à un stade sévère ou avancé de la maladie.

Les principaux symptômes de l’insuffisance cardiaque sont les suivants :

  • un malaise général
  • l’essoufflement
  • le manque d’appétit
  • la perte de poids.

Des signes tels qu’un rythme cardiaque rapide ou irrégulier peuvent n’être détectés que lors de l’examen de votre chat par son vétérinaire.

Le diagnostic de l’affection se fait par une échographie spécialisée qui examine la structure et le mouvement du cœur et de ses valves. C’est ce qu’on appelle un échocardiogramme.

Les chats parents doivent être examinés par échocardiographie avant la reproduction afin de s’assurer qu’ils ne transmettent pas cette maladie à leurs chatons. Pour tenter d’éliminer cette maladie de la race, BSH UK a, par exemple, mis au point un programme. L’objectif était de contrôler annuellement les couples reproducteurs et de les soumettre à un échocardiogramme. Malheureusement, ce programme n’a pas été très bien accueilli. Un programme similaire a également été recommandé aux éleveurs d’Europe et des États-Unis.

Traitement de la cardiomyopathie hypertrophique

Malheureusement, la cardiomyopathie hypertrophique est une maladie incurable. Le traitement consiste à ralentir la progression de l’insuffisance cardiaque et à gérer tout symptôme inconfortable que votre chat pourrait ressentir. C’est pourquoi des efforts sont faits pour éliminer cette affection de la race de chat British Shorthair.

Hémophilie B (ou « maladie de Christmas »)

Qu’est-ce que c’est ?

L’hémophilie B, encore appelée maladie de « Christmas » dans les pays anglo-saxons, est un trouble de la coagulation du sang, qui entraîne des saignements excessifs. Elle est causée par une déficience génétique d’un facteur de coagulation appelé facteur IX.

L’hémophilie est une maladie peu courante chez les chats, mais elle a été associée à certaines lignées de la race de chat British Shorthair. Les mâles sont plus susceptibles d’être affectés que les femelles.

La gravité de l’affection dépend du pourcentage d’activité du facteur IX présent :

  • les chats qui présentent une activité du facteur IX inférieure à 1 % sont classés comme « extrêmement atteints » et meurent généralement pendant ou peu après la naissance
  • les chats dont l’activité du facteur IX est inférieure à 5 % sont considérés comme « gravement atteints » et présentent des saignements spontanés (c’est-à-dire non dus à une blessure) qui peuvent être fatals
  • les chats qui présentent une activité du facteur IX de 25 % sont considérés comme ayant des niveaux adéquats de facteur IX et peuvent ne présenter des signes de la maladie qu’après une intervention chirurgicale ou une blessure grave.

Comment est-elle diagnostiquée ?

Les symptômes de l’hémophilie B sont généralement présents lorsque le chaton atteint l’âge de 6 mois. Des saignements excessifs sont observés après une blessure ou une opération. L’animal peut commencer à boiter en raison d’un saignement dans une articulation blessée. Les chats atteints d’une maladie des gencives peuvent aussi présenter des saignements des gencives. Une faiblesse et un essoufflement peuvent également survenir à la suite d’une anémie due à un saignement excessif.

Un test sanguin peut être effectué pour vérifier le temps de coagulation de votre chat. Ceux qui sont atteints d’hémophilie B auront un temps de coagulation prolongé.

L’hémophilie B est une maladie génétique, la mutation se trouvant sur le chromosome X. Cela signifie que les chats mâles (XY) sont plus susceptibles d’être affectés, puisqu’ils ne possèdent qu’une seule copie du chromosome X, alors que la femelle possède deux copies du chromosome X (XX).

Pour qu’une femelle British Shorthair soit affectée, elle doit hériter de la mutation génétique de ses deux parents. Si elle ne possède qu’une seule copie de la mutation, elle ne développera pas l’affection elle-même, mais sera porteuse de la maladie et risquera de la transmettre à sa progéniture mâle.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de test génétique permettant d’identifier la maladie chez les couples reproducteurs. À ce propos, si vous avez un chat que vous souhaitez élever et qu’il présente des signes d’hémophilie B, vous devez d’abord faire tester son temps de coagulation, en particulier s’il s’agit d’un mâle.

Comment traiter l’hémophilie B chez le British Shorthair ?

Les propriétaires peuvent protéger les chats affectés en réduisant le risque qu’ils se blessent. Il est bon de garder un animal affecté à l’intérieur, car il est moins susceptible de se battre avec d’autres chats, de se blesser au cours d’une chute ou de se faire percuter par une voiture…

Les propriétaires peuvent également veiller à ce que leur chat ait une bonne hygiène bucco-dentaire afin de préserver la santé des gencives.

Il n’existe aucun traitement pour guérir cette affection pour le moment. Si votre vétérinaire sait que votre chat est atteint de cette maladie, il peut lui administrer des médicaments après une opération pour prévenir les saignements excessifs. Des transfusions sanguines peuvent également être effectuées pour traiter une anémie grave.

L’obésité

Il ne s’agit bien évidemment pas d’un problème spécifique à la race de chat British Shorthair. Cependant, nous pensons qu’il est important de le mentionner, car c’est un problème de santé beaucoup plus fréquent chez les chats d’intérieur, comme c’est le cas pour de nombreux chats British Shorthair.

Comme chez les humains, l’obésité chez les chats peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé. Le poids de votre chat va par exemple exercer une forte pression sur ses articulations à l’origine du développement de l’arthrose, qui peut être extrêmement douloureuse. Le chat n’est plus en mesure de faire des efforts physiques et le cercle vicieux de la prise de poids continue.

Les complications cardiovasculaires de l’obésité peuvent être graves. Avec le temps, l’obésité entraîne un mauvais contrôle de la glycémie (ce qui conduit au développement du diabète) et un mauvais contrôle de la pression artérielle (ce qui conduit à une insuffisance rénale et cardiaque).

La polykystose rénale

Qu’est-ce que c’est ?

La polykystose rénale (PKD) est causée par un gène défectueux. Cette maladie a été identifiée pour la première fois chez les Persans et est observée occasionnellement dans d’autres races de chat, notamment les British Shorthair.

Les chatons atteints naissent avec de minuscules kystes à l’intérieur des reins et parfois du foie, qui grossissent lentement avec le temps et finissent par détruire l’organe affecté.

Les symptômes se manifestent généralement vers l’âge de sept ans en moyenne. Ces symptômes comprennent une perte de poids, des vomissements, une soif excessive et un mauvais état de santé général.

Comment est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic de la polykystose rénale (PKD) chez le British Shorthair peut être établi de différentes façons. On peut citer la radiographie, l’échographie ou des tests génétiques.

Toutefois, il faut souligner que la radiographie ne permet pas d’établir un diagnostic de certitude. Quant à l’échographie abdominale, lorsqu’elle est réalisée assez tôt, autour de l’âge de 1 an pour les races à risque, elle permet de déceler la présence de kystes dans les reins. Cet examen est fiable, puisque près de 95 % des chats atteints de PKD présenteraient des kystes visibles à l’échographie.

L’échographie abdominale a l’avantage d’être facile à réaliser et rapide. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de tranquilliser l’animal et le résultat est obtenu immédiatement.

Quant au test génétique de dépistage, il a été développé après la découverte du gène et de sa mutation (appelée PKD1) responsable de la maladie. Le principe ? Rechercher directement la présence de la mutation génétique dans l’ADN du chat. Le test est ainsi réalisé à partir d’un prélèvement de cellules buccales (frottis buccal). On peut en obtenir à l’aide d’une petite brosse. Le matériel génétique est ensuite envoyé au laboratoire et le résultat est catégorique :

  • soit le chat est homozygote sain (deux gènes normaux) et ne développera donc pas la maladie
  • soit il est hétérozygote (un gène normal et un gène avec la mutation), ce qui implique qu’il développera la maladie.

Traitement de la polykystose rénale chez le British Shorthair

Quant au traitement, il est seulement palliatif, comme lors d’insuffisance rénale chronique. Cela consiste en une alimentation spécifique et une correction symptomatique des vomissements ou autres signes cliniques… Il faut donc noter que cette prise en charge ne permet pas de guérir le chat. Cependant, cela va permettre de prolonger son espérance de vie, ainsi que sa qualité de vie.

Malheureusement, l’issue de la polykystose rénale est toujours fatale.

Thromboembolie artérielle

Les chats atteints de maladies cardiaques peuvent développer des caillots sanguins dans leurs artères, appelés thromboembolies aortiques félines.

Le plus souvent, les caillots sanguins peuvent rester bloqués juste après l’aorte, le grand vaisseau sanguin qui apporte le sang du cœur au corps, bloquant ainsi la circulation normale du sang vers les pattes arrière.

Lorsque cela se produit, une ou les deux pattes arrière de votre British Shorthair peuvent être paralysées, froides ou douloureuses. La thromboembolie artérielle est une maladie potentiellement mortelle qui nécessite une action rapide et des soins médicaux prolongés.

Autres questions sur la santé du British Shorthair

Les British Shorthair ont-ils des problèmes respiratoires ?

Une question assez fréquente sur la santé des British Shorthair concerne leur risque de développer des problèmes respiratoires. En effet, cela peut arriver en raison de l’anatomie de leur crâne, connue sous le nom de brachycéphalie (qui se traduit littéralement par « tête raccourcie »).

Certaines races de chat, dont le Persan et le British Shorthair, ont fait l’objet d’un élevage sélectif afin d’obtenir des chatons à l’adorable visage plat et aux grands yeux. Au fil des générations, cette sélection des caractéristiques faciales a provoqué le développement d’anomalies du crâne, qui peuvent entraîner des problèmes respiratoires.

Les chats brachycéphales peuvent développer le syndrome brachycéphale, qui se caractérise par l’un ou plusieurs des problèmes suivants :

  • des narines étroites qui réduisent le flux d’oxygène
  • un palais mou anormalement long qui bloque l’ouverture de la trachée (respiration artificielle)
  • un sous-développement de la trachée, ce qui signifie que le diamètre de la trachée est plus petit et réduit le débit d’air
  • des sacs d’air anormaux se développent autour des cordes vocales
  • anatomie anormale des canaux lacrymaux entraînant un larmoiement.

Les problèmes susmentionnés font qu’un chaton brachycéphale peut avoir beaucoup de mal à respirer. Heureusement, il est possible de l’aider grâce à une intervention chirurgicale relativement simple.

Comment puis-je m’assurer que j’achète un chaton British Shorthair en bonne santé ?

Lorsque vous rendez visite à un éleveur, vous devez vous poser un certain nombre de questions, sur l’élevage des chats en général et sur des éléments spécifiques à la race British Shorthair.

Tout d’abord, regardez les conditions dans lesquelles vivent les animaux.

  • Sont-ils gardés dans un bel espace ouvert avec de la place pour courir et jouer ?
  • Pouvez-vous voir les parents ?
  • Semblent-ils en bonne santé et bien entretenus ?
  • Sont-ils gardés avec les chatons ?
  • Si les parents ne sont pas présents, l’éleveur peut-il vous fournir les détails concernant ceux qui ont été utilisés pour élever les chatons ?

Si vous n’êtes pas autorisé à voir les parents, il faudrait essayer de connaître la raison. N’ayez pas peur de soupçonner que des pratiques d’élevage dangereuses sont en cours.

Regardez maintenant les chatons

  • Comment réagissent-ils en présence d’humains ?
  • Ont-ils l’air effrayés ou anxieux en votre présence ?
  • Les chatons ont-ils l’air en bonne santé ?
  • Sont-ils bien soignés ?
  • Montrent-ils des signes de malaise (éternuements, nez qui coule…) ?
  • L’un des chatons semble-t-il avoir des difficultés à respirer ?
  • Certains d’entre eux ont-ils le visage particulièrement plat et semblent-ils se débattre (car c’est un signe du syndrome brachycéphale) ?

Les questions à poser à l’éleveur

Vérifiez qu’il est conscient du risque d’hémophilie B dans la race.

  • Les reproducteurs ont-ils été testés pour cette maladie avant la reproduction ?
  • L’un des chatons mâles présente-t-il des signes d’hémophilie B ?
  • Les parents ont-ils été dépistés pour la cardiomyopathie hypertrophique ?
  • Sont-ils soumis à un dépistage annuel pour vérifier qu’ils n’ont pas développé cette maladie ?

Bien entendu, il faudra ensuite vérifier que tous les éléments standard sont inclus dans le coût d’achat du chaton : contrôles vétérinaires, micropuces, vaccins, traitement anti-puces et vermifuge. N’oubliez pas de vous renseigner sur tous ces points afin de savoir ce que vous devrez prévoir pour votre chaton en termes de soins vétérinaires une fois que vous l’aurez ramené chez vous.

Combien coûte l’assurance pour un chat British Shorthair ?

Il est important de souscrire une assurance pour n’importe quel animal de compagnie, car vous ne voulez pas vous retrouver confronté à des factures vétérinaires inattendues, ou risquer de devoir prendre une décision difficile pour des raisons purement financières. C’est particulièrement important lorsqu’il s’agit de chats de race. Comme indiqué précédemment, le British Shorthair est une race de chat à la santé robuste, mais il est tout de même conseillé de souscrire une assurance pour votre chat.

En faisant une comparaison rapide pour un chaton mâle (car ils sont plus susceptibles d’être exposés aux maladies mentionnées ci-dessus), une couverture à vie couvrant les accidents et la maladie ne coûte qu’environ une dizaine d’euros par mois.

Faites bouger votre British Shorthair

Une alimentation saine, associée à un programme d’exercices, est la clé pour garder votre British Shorthair en bonne santé.

Il est vrai que d’un chat à un autre, les caractères ne seront pas les mêmes. Si certains sont beaucoup plus énergiques, d’autres seront par contre plus passifs. Quoi qu’il en soit, vous devez faire bouger votre félin régulièrement pour éviter les problèmes liés à la prise de poids par exemple. Vous pouvez investir dans des jouets pour chats qui lui permettront de se dépasser physiquement et mentalement.

N’oubliez pas de vous amuser et de jouer avec votre compagnon pendant au moins 15 minutes par jour afin de maintenir son intérêt pour le jeu, même après qu’il ait dépassé le stade de chaton. Cela vous aidera également à renforcer le lien entre vous et votre animal de compagnie.

Protéger son chat contre les puces

Les puces sont des parasites très gênants pour les animaux de compagnie. Elles se prolifèrent généralement de mai à novembre, pour le malheur des propriétaires de chats et cela peut être compliqué de les éradiquer définitivement. Que votre British Shorthair sorte ou pas, il est important de prendre des mesures pour traquer les puces le plus tôt possible et traiter votre animal de compagnie. Par ailleurs, notons que ce sont de petites bestioles qui peuvent également piquer les humains.

À propos des puces

Parasites de quelques millimètres, les puces sont particulièrement courantes chez nos animaux de compagnie, chiens et chats. Elles ont en effet la capacité de se faufiler dans les poils de l’animal pour y vivre cachées. Elles se nourrissent du sang de l’animal et pondent des œufs pour se reproduire.

Notons qu’une puce peut pondre quotidiennement près d’une centaine d’œufs, et ce, durant 2 à 3 semaines. Imaginez donc tous les problèmes sanitaires qu’ils peuvent causer à votre chat. Ajoutons à cela que les œufs et les larves des puces sont capables de survivre dans une maison durant près de 6 mois. Une seule puce dans votre maison suffit donc pour infester plusieurs pièces et vos animaux de compagnie. C’est donc un parasite qui peut s’avérer très difficile à éliminer, si on le laisse s’installer suffisamment longtemps.

Les chats se font rapidement attaquer, puisque ce sont des parasites qui aiment se cacher dans des endroits sombres, les canapés, les lits, les coussins… À l’extérieur, votre félin risque de se faire contaminer en entrant en contact avec d’autres animaux.

En attaquant votre British Shorthair, les puces peuvent être à l’origine de nombreuses maladies. Elles peuvent par exemple entraîner des dermatites ou transmettre des parasites plus dangereux comme le ténia. Chez l’homme, les piqûres de puces peuvent entraîner ce qu’on appelle la zoonose, accompagnée de fortes démangeaisons.

Quelles solutions anti-puces pour un chat British Shorthair ?

Avant de commencer à traiter votre félin contre les puces, vous devez dans un premier temps vous assurer qu’il en est réellement infesté. Et c’est la raison pour laquelle il est conseillé de brosser votre British Shorthair chaque semaine. Ce sera l’occasion d’inspecter le pelage de l’animal à l’aide un peigne fin. S’il est réellement infesté, vous trouverez des parasites ainsi que leurs larves et leurs excréments (noirs et de la taille d’une tête d’épingle) dans le pelage. Vous pourrez alors passer à l’offensive.

Vous trouverez dans le commerce de nombreuses solutions anti-puces pour votre British Shorthair. On peut citer par exemple :

  • les colliers anti-puces
  • les pipettes
  • les shampoings parasitaires
  • les sprays
  • les comprimés à avaler, qui sont très efficaces
  • ou encore les anti-puces naturelles.

Toutefois, il est conseillé de suivre les recommandations de votre vétérinaire pour choisir la solution la mieux adaptée à votre animal de compagnie. Cliquez ici pour consulter les meilleures solutions anti-puces pour un chat British Shorthair, disponibles sur Amazon.

Outre le chat, vous ne devez pas non plus oublier de traiter votre maison, car comme indiqué un peu plus haut, ce sont des parasites qui se cachent dans les coins et recoins pour y laisser leurs larves. Pour cela, vous pouvez utiliser des solutions naturelles comme la terre de diatomée ou du bicarbonate de soude pour éliminer les puces sur les literies et les tapis.

Pour ceux qui ne le savent pas, la terre de diatomée est une poudre qui ressemble à du talc et qui est composée de diatomées fossilisées. Il suffit d’en éparpiller un peu partout dans les pièces avant de passer l’aspirateur. Après cela, vous devez vous assurer de brûler le sac de l’aspirateur pour être sûr que les nuisibles ne reviendront pas.

L’infusion de romarin est aussi un bon répulsif naturel contre les puces. Pour l’utiliser, vous devez faire bouillir quelques branches de romarin dans 1 l d’eau. Laissez ensuite l’eau refroidir et filtrez l’infusion avant de mettre le liquide dans un vaporisateur. Comme vous l’aurez certainement déjà compris, la prochaine étape consiste à vaporiser votre chat, une fois par semaine, en vous assurant que le liquide pénètre correctement dans le pelage. Par contre, votre animal peut ne pas du tout apprécier l’odeur.

Protéger son chat contre les tiques

Les tiques sont de petits acariens qui se fixent sur la peau des animaux de compagnie et même celle de l’homme. Elles possèdent en effet des crochets qui leur permettent de rester solidement ancrées sur l’épiderme afin de se nourrir de sang. Au bout de quelques jours, elles tombent naturellement au sol après avoir consommé une certaine quantité de sang.

On trouve les tiques partout, dans les herbes, les broussailles, sur les bois… Et tout comme c’est le cas avec les puces, elles se développent assez rapidement dans le pelage du chat en causant des maladies comme celle de Lyme. Elles iront également se cacher dans les coins et recoins de votre maison pour se développer.

Pour lutter efficacement contre les tiques, il existe des solutions anti-tiques pour chat à utiliser en prévention et en traitement. En traitant votre chat, il ne faudra pas oublier de traiter aussi toute la maison pour les éliminer complètement.

Les solutions anti-tiques pour un chat British Shorthair

Il existe 3 grandes catégories de produits anti-tiques pour chats. Il s’agit de produits préventifs, curatifs et mixtes.

Les solutions anti-tiques préventives, sous forme de pipette ou de petits comprimés à avaler, ont pour rôle d’empêcher que les tiques ne s’accrochent à votre félin. Ils sont conseillés surtout pour les chats qui ont l’habitude de se promener en extérieur ou qui sont en contact régulier avec d’autres animaux.

Les solutions anti-tiques curatives, sous forme de spray ou les pinces à tiques, permettent de chasser ou de tuer les tiques après qu’elles aient attaqué l’animal.

Les solutions anti-tiques mixtes sont, comme le nom l’indique, des produits qui permettent à la fois de prévenir l’infestation du chat par les tiques et de les éliminer après infestation. C’est le cas par exemple des colliers anti-tiques ou des pipettes de produits antiparasitaires.

Pour choisir la meilleure solution, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre vétérinaire pour des recommandations. Trouvez ici quelques solutions anti-tiques pour chats très efficaces disponibles sur Amazon.

Les parasites internes

L’intestin de votre animal de compagnie peut être parasité par des vers et des protozoaires. Même si les chats supportent parfois bien ces parasites, ils peuvent dans certains cas être à l’origine de troubles digestifs, d’une perte de poids, voire la mort dans les extrêmes. Certains de ces parasites peuvent aussi infester les humains, surtout les enfants. Il y en a également qui s’installent dans l’appareil respiratoire, dans le cœur ou à la surface de l’œil des chats.

Pour détecter ces parasites, on procède généralement à un examen des selles ou des tests immunologiques et génétiques.

Même si votre British Shorthair ne sort pas de l’appartement, vous devez le vermifuger. Il s’agit en effet d’une mesure préventive essentielle pour lutter contre les parasites internes de votre félin. Par ailleurs, les chatons doivent être vermifugés assez tôt, car la contamination peut avoir lieu dans le ventre de la mère.

Les vermifuges pour les chats se présentent généralement sous la forme de comprimés ou de pipettes. En ce qui concerne le traitement à utiliser, il est conseillé de prendre un vermifuge ayant un grand champ d’action. Autrement dit, la solution doit être active sur la plupart des vers digestifs.

Laisser un commentaire